Le campus

 

Le campus est devenu l'un des principaux objectif de l'association. Les bonnes relations établies et répétées au cours des différentes années ont contribué à cette collaboration. L'objectif principal aujourd'hui de l'association est de préserver les bonnes relations entre Géotopo International et l'ESPA pour améliorer la formation des élèves géomètres à Madagascar et ainsi développer le métier.

L’ESPA est la plus prestigieuse des universités malgaches. Elle recrute ses étudiants sur concours avec une rude sélection, seuls 120 candidats sont retenus sur près de 15 000 inscrits. On trouve à Mantsoa une école qui propose un cursus de technicien géomètre, mais l’ESPA est la seule école du pays à former des ingénieurs géomètres au niveau bac + 5.

 

Notre rôle sur le campus

Nous apportons notre aide en proposant aux élèves des séances de travaux pratiques.

 

Les types de TP :

 

1. Mise en station :

Le manque de pratique a fait qu’ils mettaient un certain temps à la réaliser. Nous leur avons donné quelques conseils afin d’être un peu plus rapide.

2. Maîtrise des appareils :

Nous avons apporté deux stations totales (TC 1000), avec lesquelles nous avons travaillé. Une des deux stations ne possédait pas de module REC, les étudiants ont donc du noter sur un carnet les données et les entrer ensuite manuellement dans les logiciels de calculs.
Les étudiants ont rapidement appréhendé l’appareil et maîtrisé le paramétrage.

 

3. Polygonation :

La théorie sur la polygonation était assez bien maîtrisée par les étudiants, cependant nous avons dû leur rappeler l’importance de faire une visée CG/CD afin d’éliminer les erreurs de collimation.
De plus, ils ne savaient pas comment réaliser ces mesures avec l’appareil.

 

4. Apprentissage de Covadis :

Après avoir réalisé le cheminement polygonal, nous avons proposé aux étudiants de le calculer à l’aide de Covadis. Le but était de vérifier leur calcul théorique et de voir s’ils étaient hors tolérance ou non.
Le campus n’est équipé que d’une seule salle informatique, composée d’une dizaine d’ordinateurs pour les 1400 étudiants. La filière IGF dispose d’un seul ordinateur doté du logiciel Covadis, nous n’avons donc pas pu faire faire le calcul à chacun des étudiants. Un élève le faisait sur le portable que nous avions emmené.

Nous leur avons donc appris pour certains et rappelé pour d’autres comment entrer les données, et comment calculer le cheminement.

5. Levé de détails :

Une fois la polygonation correctement réalisée, nous avons proposé aux élèves de lever un bâtiment du campus en s’appuyant sur cette polygonation.
Ils n’étaient pas à l’aise quant au choix judicieux des points à lever. Nous leur avons donc expliqué comment appréhender le lever d’un bâti.

Une fois le levé terminé, nous leur avons montré comment charger le semis de points sous Covadis, et enfin quelques techniques de bases pour relier les points affichés à l’écran.

Dans l’ensemble nous avons été satisfaits du travail réalisé et de l’enthousiasme des élèves. Quant aux étudiants malgaches, nous les avons sentis très intéressés et volontaires.

 

 

Les Tp de GPS :

 

L’ESGT nous a permis d’apporter avec nous deux antennes GPS 500. Nous envisagions surtout d’en faire bénéficier les élèves en fin de cycle qui devaient être prioritaires (en accord avec le professeur de géodésie). Ils étaient très enthousiastes à l’idée d’utiliser ce type de matériel. En effet, c’est pour eux une expérience enrichissante qu’ils auront très peu l’occasion de renouveler. Ne disposant d’aucun moyen de liaison entre les deux antennes (radio, GSM ou GPRS), nous avons travaillé en post traitement. L’acquisition de nos données était ensuite traitée avec le logiciel Ski Pro. Nous avons effectué deux types de TP orientés autour de la méthode statique et de la méthode Stop and Go.

 

1. La méthode statique :

 

Madagascar dispose d’un réseau assez dense de points géodésiques connus dans le système Laborde. Ce système, élaboré en géodésie classique, est l’équivalent du système Lambert en France. Les observations GPS se font dans le système WGS 84. Se posait alors un problème : comment passer des coordonnées WGS 84 en coordonnées Laborde ?

En France, la question ne se pose pas car la grille GR3DF97A permet de passer d’un système à l’autre avec une précision de 3 à 5 cm. Ce type de grille n’existe pas à Madagascar et la transformation standard appliquée n’est précise qu’au mètre près.

La façon la plus adaptée pour utiliser au mieux ce type de matériel était alors de calculer une transformation locale. Il nous aurait alors fallu visiter au minimum trois points connus en Laborde autour du campus pour calculer les 7 paramètres de notre similitude 3D (3 translations, 3 rotations et un facteur d’échelle). En général, 5 paramètres suffisent (3 translations, un facteur d’échelle et une rotation autour de Oz). Malheureusement, il nous a été impossible de visiter ces points (problème de transport).

Observation au GPS pendant 24h

 

2. Le Stop and Go :

 

Nous avons effectué du lever de détail sur le campus grâce à la méthode Stop and Go avec les élèves de 5ème  année. Les élèves avaient les connaissances théoriques et nous avons dû leur expliquer le fonctionnement des antennes GPS 500. Ainsi, nous leur avons montré comment paramétrer le pivot et le mobile. Ils ont ensuite entrepris de lever quelques points de détails (principalement des routes) pendant qu’un d’entre eux notait les points sur un croquis.

A la fin du lever, nous leur avons montré comment se servir du logiciel Ski Pro afin qu’ils puissent traiter leurs données acquises précédemment. Enfin, il nous a fallu leur apprendre à exporter les points obtenus sous AutoCad pour passer à la phase dessin.

Nous avons aussi observé les stations de la polygonation mesurée au tachéomètre afin de comparer les deux résultats.


Photos 2008






Géotopo International, samedi 24 juin 2017, 3 h 38 min - D'après un modèle de Sebeto
IP : 54.81.130.86
Dernière mise à jour le 23 Mars 2009